SLIM THE MAN de Samir OUBECHOU et Chérif SAIS

Publié le par Brigitte Sabban-Weyers

SLIM THE MAN de Samir OUBECHOU et Chérif SAIS

Un court-métrage écrit et réalisé par Samir Oubechou et Chérif Saïs.

Quel bonheur de regarder ce court-métrage: très drôle, très émouvant, des comédiens sincères et justes et une seule envie à la fin du film, que ce court se prolon
ge...

Je leur ai demandé de nous en parler

SLIM THE MAN est une comédie sur fond de Guerre d’Algérie. Elle aborde des questions qui nous touchent : les trajectoires migratoires, l’incommunicabilité entre les générations, notamment. En tant que fils d’immigrés, nous nous sommes rendu compte que nous ne connaissions pas tout un pan de l’histoire de nos parents. La pudeur, le tabou lié à la colonisation et au conflit qui en a découlé, explique que nos parents soient réticents à se livrer sur leur passé. Un passé qui fut souvent épique. Notre génération est assez condescendante avec ses anciens alors que bon nombre d’entre eux ont eu des vies héroïques. Eux aussi ont eu des passions, des amours, des engagements, etc. Surtout, ils ont dû faire des choix cruciaux, parfois vitaux : émigrer ou rester au pays ? Se battre pour la France ou pour l’Algérie ? Etc. Les enfants ont du mal à imaginer que derrière ce joueur de domino analphabète, cette ancienne femme de ménage percluse d’arthrose, se cachent de véritables héros, survivants d’une époque mouvementée.

C’est ce constat et l’envie de donner une autre image de l’immigré de l’époque (souvent réduit à une fonction d’ouvrier et déconnecté de tout background culturel, dans le cinéma français contemporain) qui est à l’origine du film.

Nous racontons donc l’histoire d’une jeune génération qui passe à côté de l’histoire romanesque de leurs parents. Nous avons voulu intégrer cette problématique dans notre mise en scène même. C’est pour cette raison que la période contemporaine et la période « années 60 » ne sont pas traitées de la même manière, formellement parlant. En terme de photo et de lumière la période contemporaine paraît neutre et lisse comparé à la texture des images « sixties ». Avec Christophe Duchange, notre chef opérateur, nous avons ajouté du grain dans cette dernière et cherché à nous rapprocher de la colorimétrie de certains films de l’époque (certaines oeuvres baroques de Douglas Sirk, notamment). L’idée était de figurer un passé romanesque, mythologique, peuplé de personnes archétypiques (l’Imam combattant, la pasionaria, le blouson noir, etc.) qui vivent des aventures épiques. Et leurs enfants vont passer complètement à côté…

Si nous empruntons la voie de la comédie, c’est pour désamorcer le potentiel plombant d’un tel sujet. Nous ne voulions pas faire un film académique, un film « wikipedia » : « La guerre d’Algérie pour les nuls ». Les sujets « graves » ne devraient pas être l’apanage du drame. Nous sommes fans de la grande comédie à l’italienne qui se permettait d’aborder la question des bidonvilles, du fascisme ou de la religion par le truchement de la comédie, le tout avec un goût assumé pour le mélange des genres. Ainsi "Slim the Man" débute-t-il dans un burlesque assumé… avant de bifurquer radicalement. Le rire se teinte d’amertume et le ton devient plus mélancolique… un basculement qui épouse celui de nos personnages : jeunes et fougueux en 1960, mélancoliques et pudiques 50 ans plus tard…"

Samir et Chérif

Samir Oubechou et Chérif Saïs sont scénaristes. Ensemble, ils ont écrit une quinzaine de scénarii pour des séries télévisées (Section de recherches, Les Bleus, Chante, Adresse Inconnue, etc.) et développé plusieurs long-métrages (dont Les Mythos, sorti en 2011). SLIM THE MAN est leur première réalisation.

Publié dans COURT-METRAGE, CINEMA, RECITS, REGARD

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article